"J'ai jamais fait un déménagement comme ça"

Publié le par 2047.over-blog.com

 

casserole.jpg          echelle.jpg

 

Seb et moi montons la bibliothèque, enfin celle qui me reste puisque j'ai détruit l'autre par erreur de manipulation ! Il me demande si j'ai un marteau. Ben non, mais prends ça dis-je en lui tendant une casserole. Il la prend, commence machinalement à taper sur les planches, puis s'arrête interloqué. Je commence à  réaliser ce qui se passe. Il dit: "J'ai jamais fait un déménagement comme ça", nous explosons de rire, et en même temps un très profond sérieux résonne: oui il a dit exactement ce que nous vivons chaque jour: un moment pour nous hors-catégorie, où tout ce qui se passe est placé sous le signe de l'intensité totale: on hurle de rire, parfois évidemment ça pleure, on parle on parle, et surtout les aventures les plus dingues nous arrivent. Et on se retrouve heureux, puis complètement déconnectés quand ça s'arrête. La vraie vie, en quintessence.

 

Alors on pourrait évoquer l'art de déscotcher qui nous a un peu échappés, ou l'épisode suprême de Seb grimpant à l'échelle, posée par le voisin à un bon mètre des fenêtres !!,  dans mon ancien appart dont j'ai paumé les clés, et se retrouvant dans la seule pièce elle aussi fermée de l'extérieur et devant refaire une escalade par l'autre fenêtre, avec l'échelle toujours aussi éloignée !!  Mais tout ceci ne se raconte que mal: on le vit bien, oh non, on en savoure l'incroyable. Pas de cool, pas de sympa: de l'incroyable et rien d'autre.

 

Alors après ça se diffuse partout: on mange au resto, eh bien la petite serveuse a pas regretté...ya des sms à écrire ? eh bien on y passe du temps mais hé hé le résultat...fuir la banalité, ça fait du bien. Avec toujours la pensée de celle qui m'a appris ça. Me voilà en réunion, help, entouré de collègues qui m'écoutent exposant (contraint !) mon projet de l'année: et bing surgit un sms de Mathilde ! Ah bon ? Eh bien j'arrête mon speech en pleine phrase, et sous les yeux incrédules des auditeurs, je dis "ah pardon, c'est plus qu'important !" et je sors deux minutes...!! je change !

 

Et le sommet du samedi: l'arrivée hallucinante et totalement imprévue (merciiii Frédérique, cette phrase vaut ad vitam eternam) de quelqu'un que je n'avais pas vu depuis...30 ans ! Agnès ! Et quelle arrivée: déjà un berlingot dans lequel Seb et moi sommes hilares. Ensuite un parfum des Antilles qui va bien nous faire rire. Mais surtout cette heure de discussion qui nous a retourné la tête Seb et moi. Déjà, avec ces personnes, quand j'arrive avec Seb dont ils ignorent tout, ils l'accueillent comme le plus proche de leur connaissance - et moi aussi d'ailleurs. Et ensuite Agnès nous a parlés, parlés, de sa vie, de ses amours, des nôtres, de la passion, de tout avec une sincérité et une puissance émotionnelle totales: on venait poser des clés, on est repartis en ayant l'impression d'avoir défoncé en un rien de temps les portes tristes de l'impersonnel pour surgir une fois de plus au coeur de la vraie vie. On sait plus trop qui on est, mais on sait qu'on vit de l'unique, et ça secoue et tonifie.

 

Je devais faire mon déménagement: j'aurais finalement eu la chance de vivre le mieux: le déménagement avec Seb.

Et on n'a pas fini...

Commenter cet article