J'ai lu quelques BD...

Publié le par 2047.over-blog.com

 

...et en route (ciel) pour Madrid avec mon ptit gars !

 

ChelseaInLove.jpg Chelsea in love de David Chelsea est comme son nom l'indique une autobiographie, celle de l'histoire d'amour chaotique entre l'auteur et une fille, histoire qui est faite de séparations et retrouvailles au fil des années. Un type de lecture connu mais toujours agréable, ici essentiellement pour la dimension d'éternel retour: presque rohmérien aux USA !

 

j_ai_cerveau_sens_dessus_dessous.jpg J'ai le cerveau sens dessous-dessus de David Heatley est une autre autobiographie américaine, mais qui ici explose joyeusement les cadres habituels. Quatre parties, sexe, racisme, mère, père pour une narration avec de minuscules cases qui s'entrechoquent au fil des années: la BD est donc incroyablement dense, incroyablement puissante et incroyablement sans concession: un ton, une allure, qui dynamitent un genre déjà bien balisé: stupéfaction.

 

  sous eau obscurite Sous l'eau, l'obscurité de Park Yoon-Sun est un nouvel exploit d'une dessinatrice coréenne. Dans un style bleu et blanc magnifique, là aussi une autobiographie, centrée sur l'enfance et la société, ou comment l'évolution d'un pays donne l'occasion à l'auteur, dans le cadre d'une famille, d'ausculter par l'intime les résonnances de cette société. L'histoire est étonnante, centrée autour d'une piscine, les dessins sont beaux, les sentiments de l'enfance merveilleusement rendus, au final c'est ici une nouvelle BD majeure venue de Corée. Chef-d'oeuvre.

 

mon_copain_anne.jpg Mon copain Anne d'Arnaud Quéré joue au contraire le classicisme pour une nouvelle autobiographie - c'est la saison ?? Clairement découpée et dessinée, cette BD retrace l'évolution de l'auteur d'un enfant timide à dessinateur de BD. Le classicisme qui ressort constamment finit par devenir une épure, de ce genre bien à l'honneur dans cette liste.

 

yeu_yeu_saigon.jpg Yeu Yeu Saïgon d'Eco, se place dans un autre genre très prisé, le compte-rendu de voyage, qui ne sera pas que cela ici, donc au Vietnam...là aussi, toujours plaisant.

 

maledictions.jpg Malédictions de Kevin Huizenga joue au contraire la carte de l'inédit: cinq histoires pour la plupart fantastiques, mais un fantastique classique, adaptant des textes du XIXème mais les replaçant dans un contexte moderne, avec un "héros" récurrent. Vraiment étonnant et bizarrement dépaysant dans le contexte de la BD contemporaine.

 

faute_a_68.jpg La faute à 68 d'Elfo a pour cadre les années 70 en Italie, à Milan le plus souvent, et recrée l'atmosphère humaine et politique de cette époque pour le moins troublée. Fort instructif.

 

vallee_papillons.jpg La valée des papillons d'Hervé Floc'h aurait pu intéresser malgré son côté forcé exotique (amour à plusieurs, île éloignée...) si le classicisme ancienne école de la BD n'avait pas régné en maître ici. Vite oubliée.

 

pilou_apprenti_gigolo1.jpg Pilou l'apprenti gigolo de Junko Mizuno est un réjouissant délire érotico-comique, avec une planète peuplée de filles nues puis la découverte de la planète terre ! C'est drôle, complètement barré et psyché le plus souvent, et ça fait parfaitement sourire !

 

julius_knipl.jpg Histoires urbaines de Julius Knipl, photographe de Ben Katchor est à nouveau d'une originalité décoiffante. Sur deux pages, qui ne se lisent pas dans le sens habituel, l'auteur laisse la place à ses délires urbains, entre Borges et le surréalisme. Toujours surprenante, cette BD est vraiment à part, et enchante avec des idées constamment inattendues. Palme de l'originalité poétique.

 

 tristes_cendres-copie-1.jpg Tristes cendres de Inake et Mikael Bergonia suit les traces de Robert Capa dans le contexte de la guerre d'Espagne. Une nouvelle raison de suivre la BD espagnole, très présente ces derniers temps.

 

beautiful_world.jpg Beautiful world de Yamada Naito confirme tout l'intérêt des dessinatrices asiatiques en ce moment: des histoires courtes autour de la jeunesse, mais dans un style graphique différent du manga traditionnel, avec en prime photos et effets de flou dans le dessin souvent malin. Très attachant.

 

chroniques_necropole.jpg Chroniques de la Nécropole de Dibou et Golo nous entraîne et avec joie en Egypte, dans les pas de l'auteure quand elle découvre Gournah et va changer de vie pour y vivre et y travailler, malgré la volonté du pouvoir de détruire ce village. Passionnante BD, mêlées de photo, autour d'un destin individuel et d'un endroit du monde perdu, que le présent rattrape sauvagement. Brillant !

 

baby_s_black.jpg Baby's in black d'Arne Bellstoff choisit un angle inédit dans l'histoire de la musique: nous emmener à Hambourg en 1960, dans un club où quatre jeunes anglais jouent: les futurs Beatles. Et l'histoire suivra leur premier batteur, Stuart Suttcliffe, qui abandonnera le groupe pour s'installer en Allemagne, aimer, et mourir...

 

vie_secrete1.jpg La vie secrète de Fredman commence l'histoire de trois hommes d'une famille, trois générations qui ne s'entendent pas, et que le passé va changer...dans le prochain tome !

 

jamestown.jpg Jamestown de Christopher Hittinger raconte le destin de cette première colonie anglaise aux futurs USA, avec un choix graphique étonnant: des personnages d'animaux tous plus drôles les uns que les autres !

 

bande_foster.jpg La bande à Foster de Conrad Botes et Ryk Hattingh raconte la cavale en 1914 et en Afrique du Sud de ces Bonnie and Clyde qui braquaient et tuaient, et sont redécouverts à notre époque par les deux auteurs. Passionnante évocation de ce destin romanesque.

 

pedro_et_moi.jpg Pedro et moi de Judd Winick ou la vie de ce jeune cubain qui décida de passer sur MTV à une émission de télé-réalité et devint un porte-parole de la lutte contre la maladie. L'auteur de cette BD participait à l'émission, et raconte les bouleversements encore présents que cette rencontre a produit dans sa vie. Bel hommage.

 

energies_bloquees.jpg Energies bloquées de Rutu Modan est chez Actes Sud et en plus c'est israëlien donc c'est bien. Quatre histoires au dessin très Botero pour une atmosphère pleine d'originalité et de sensibilité. 

 

je_detruirai_planetes.jpg Je détruirai toutes les planètes civilisées de Hanks Fletcher est, précise l'avertissement de l'éditeur, la redécouverte d'un auteur (pendant deux ans seulement) de série Z, ces pulp que je ne connaissais pas du tout, et là effectivement c'est un recueil hallucinant, tant du point de vue historique que vu au 36ème degré. Un cadeau idéal, pour amateurs ou faire découvrir un vrai timbré, avec en prime à la fin une petite BD partant sur les traces de cet inconnu de la BD qui pourtant ici montre toute sa capacité à créer un univers unique !

 

cure1.jpg Le curé de Christian de Meter et Laurent Lacoste nous emmène dans la France des années 30, dans un village à l'atmosphère proche du Corbeau de Clouzot et de certains Hitchcock: une élégance certaine donc pour une histoire entre polar, rédemption et poids des secrets. Trouble...

 

doomboy.jpg Surprise finale avec une BD dans le milieu du métal, et plus précisément du Doom...Tony Sandoval avec Doomboy crée un univers unique, cette confrérie du doom dans un dessin plein d'humour (personnages tout petits...) mais aussi dans une ambiance pleine de gravité: le deuil d'une amie morte, le douleur de la culpabilité, l'espoir d'un nouvel amour, le tout dans une atmosphère inconnue pour moi en BD: extra !

 

Ouf, après tout ça, Chapelier Fou, bientôt en concert !

 

 

 

 

 

Commenter cet article