Porto de son enfance

Publié le par 2047.over-blog.com

A peine en vacances et pourtant déjà revenu de vacances ! Mon premier voyage à l'étranger en compagnie de mon ptit gars, tout bien tout parfait, à Porto pour presque 4 jours, avec restos à gogo, gateaux géants, marches en ville et en bord de mer, yeux grands ouverts, hôtel comique, sorties en bars, et avion qui bouge dans tous les sens à un moment ! Je voulais le faire avant qu'il ne soit trop pré-ado, c'est fait. Ne reste plus qu'à le refaire !

 

             blast2.jpg                                  manabeshima.jpg

 

Et c'est parti pour une avalanche de BD.

Double honneur ce mois-ci, une confirmation et une découverte.

La confirmation vient heureusement du tome 2 de Blast du grand Manu Larcenet. Le tome 1 était une totale réussite, et bien voici déjà le coup double. On retrouve ce même noir et blanc somptueux, et surtout cette même folle histoire, ici le titre est L'évangile selon Saint-Jackie ! Le trouble reste toujours présent autour du personnage principal: fou ? Mythomane ? Génie ? Meurtrier ? Il continue à raconter son escapade hors de sa vie quotidienne, et Larcenet reprend à son compte tout l'hédonisme possible, pour créer un univers qui semble se situer hors de la morale sociale, sans aucune provocation. Une ode à la vie, aux largués, aux plaisirs et à la marginalité, le tout rehaussé de liberté. Les dessins sont stupéfiants, les allers-retours entre passé heureux et présent dans le commissariat entretiennent un savant mystère, les personnages sont troublants et fascinants, bref tout est à sa place ici et il est clair que pour l'instant, Blast s'impose comme une série monstre dans l'univers de la BD indé française. Il reste trois tomes, et on ne sait absolument vers quoi tout cela nous mène, une chose est sure: ce chemin-là est à l'heure actuelle indispensable.

 

Tout autre chemin mais quel bonheur que la découverte d'un des trois "récits de voyage" au Japon de Florent Chavouet, Manabé Shima. Quelque peu rebuté par l'étrangeté de l'objet, j'ai gentiment laissé ma belle se ruer dessus et devant son enthousiasme je me suis lancé: génial. En fait la BD est un gros livre avec une carte géante dedans, et chaque page se consacre à un aspect du voyage, une rencontre, une anecdote, des situations. Sauf qu'ici il n'y a nulle case et peu de bulles, chaque page invente son propre format. Et il y en a partout, parfois il faut même tourner le livre, c'est déjà un objet en soi fort drôle.

Florent Chavouet a donc décidé sans trop de raison de s'installer deux mois dans une minuscule île du Japon, presque sans argent. C'est Manabé Shima. Et il nous raconte donc les autochtones tous plus attachants et drôles les uns que les autres, les moeurs, les épisodes drôles ou cocasses qui se présentent. Et tout ici respire l'attachement, l'écoute, la drôlerie, l'humour délicat et respectueux, tout est coloré, génialement dessiné, bourré de petits trésors cachés à découvrir, et surtout tout est hilarant: il y a bien longtemps qu'une BD ne m'avait pas autant fait exploser de rire, la liste des sujets étant trop longue pour que j'essaie de la dresser. Sachez juste que il y a là une sorte de cadeau idéal, tant pour son travail graphique, comique, pour son exploration de la façon de vivre sur un lieu très particulier, et son anthropologie hilarante des habitants de l'île. Une BD drôle et ludique, qu'on dévore d'un trait même et surtout si ça nous prend plus de deux heures. Un régal.

 

empoisonneuse.jpg girls_dont_cry.jpg  nietzsche1.jpg

 

On terminera en évoquant quatre curiosités très intéressantes, pour des raisons diamétralement opposées.

L'empoisonneuse de Peter Meter et Barbara Yelin nous emmène dans l'Allemagne du XIXème siécle, avec l'histoire d'une jeune femme mêlée presque involontairement à la fièvre qui s'empare de Brême suite à une série de meurtres causés par une femme qui va être exécutée. Un noir et blanc somptueux pour une sombre histoire sur les abîmes de l'âme humaine.

Girls don't cry de Nine Antico (auteure du sublime Coney Island Baby dont j'avais parlé il y a quelque temps) est une suite de petites saynètes mettant en scène quelques filles d'une vingtaine d'années. Pop, décalées, une BD qui devrait intéresser toute fille.

Je savais pas que ça existait mais même les philosophes deviennent BD ! Nietszche de Maximilien Le Roy raconte la vie de l'allemand, vie finalement peu montrée dans ses côtés anecdotiques. Intrigant et original.

 

exile_kalevala.jpg

 

Pour finir une pure curiosité, une BD finlandaise (Seeeeeb !)  vraiment étonnante, L'exilé du Kalevala de Ville Ranta est un gros volume racontant l'histoire d'un médecin perdu au fin fond de la Finlande, médecin ayant bien existé puisqu'il deviendra l'auteur d'une légende nordique fondatrice (on est au XIXème siècle) mais en fait ici sa vie, totalement débridée (maîtresses enceintes, beuveries sans fin) serait inventée par l'auteur. Quoiqu'il en soit, c'est une réelle découverte, un noir et blanc nerveux, drôle et poétique, des passages muets très doux, une sorte d'anti-épopée toujours pleine de suprise: la BD finlandaise m'a déjà conquis !

 

Et un clip de celui qui est désormais bien connu..et que j'ai raté il y a peu en concert parce que je connaissais pas grrr...assurément le concert raté de l'année, sniff...

 

 

Commenter cet article